L’édito du Président

Jean Lou BLACHIERPrésident de la CPME Seine Saint-Denis
Vice-président Délégué de la CPME Nationale

Chers adhérents, chers collègues,

Dans notre département encore plus qu’ailleurs les entreprises font état de grandes difficultés.
La période COVID en a impacté beaucoup et rebondir n’est pas toujours une chose facile. Dans notre département je tiens à souligner que les services de l’Etat et particulièrement Monsieur le Préfet et la DIRECCTE sont très à l’écoute de nos remarques et leur soutien est majeur. De même, notre Secrétaire Générale Valerie PERRIN-TERRIN et notre Chargée de mission Marie Claire DEHOUMON ont su garder le lien avec vous, alors que beaucoup avaient besoin de réconfort et de conseils ; je les en remercie.
Les conséquences de la crise sanitaire pour les PME sont terribles, beaucoup sont en train de perdre un outil de travail qu’ils ont mis des années à construire, le fruit de tous leurs efforts et l’économie d’une vie.
Je peux témoigner que l’équipe qui est autour de notre Président National de la CPME, François ASSELIN, dont je fais partie en tant que Secrétaire Confédéral de la CPME Nationale, se bat sans relâche pour faire passer à l’Exécutif les messages que nous savons être majeurs pour la survie des entreprises, dans cette période si exceptionnelle.
Dans sa communication, le Gouvernement a bien diagnostiqué le problème et a proposé toute une série de mesures qui vont dans la bonne direction. Fonds de solidarité, Chômage partiel, PGE, exonération de charges, crédit d’impôts pour les bailleurs… sont des mesures, pour beaucoup, à l’initiative de la CPME. Elles ont aidé les entreprises.
Pour les petites entreprises, le problème de trésorerie est le plus prégnant, elles doivent utiliser les dispositifs mis en place. Bpifrance a activé des mesures exceptionnelles de soutien aux entreprises avec des aides financières en ligne extrêmement rapides et simples. Il faut aller plus loin pour les entreprises exportatrices, il leur faut un plan de soutien spécifique dans cette période où se déplacer est compliqué, sinon elle risque de perdre des acquis relationnels très important.
On ne peut pas ignorer que la fermeture des commerces maladroitement qualifiés de « non essentiels » et les confinements aient eu des conséquences lourdes sur le chiffre d’affaires de nos PME et particulièrement dans le domaine des bars, cafés et restaurants et salles de sport, qui ont subi un confinement extrêmement long. Ils ont été privés de chiffre d’affaires dans une des périodes majeures pour eux. Ce ne sont pas des chasseurs de primes, ils veulent vivre de leur travail.

Les PME doivent développer leur capacité de résilience. Il faut mettre la crise à profit pour réfléchir au monde de demain, sinon c’est le risque de passer à côté de quelque chose d’important. Il faut élargir le champ de conscience de l’entreprise et penser à l’avenir.  C’est dans cet esprit que la CPME a proposé un plan de soutien et d’investissement fort de 109 propositions, pour faire des PME le moteur de la relance de notre pays.
Il serait également efficace d’agir sur la demande.
C’est bien beau de moderniser les sites, de préserver les compétences. Mais si personne n’achète les produits, si nos entreprises ne peuvent créer des richesses, l’initiative est quasi-vaine.

Pensons au jour d’après, car j’ai peur qu’une fois la crise passée il n’y ait l’obligation d’aller encore plus fort dans l’austérité.
Nous devons malgré tout rester positifs pour retrouver une rentabilité.
Les TPE-PME, j’en suis sûr, sauront jouer de leur atout majeur : l’innovation, la réactivité, pour rebondir rapidement et la CPME est à leurs côtés pour leur proposer des solutions adaptées.
Vous le savez, nous agissons pour l’emploi et le développement économique de notre département et cette année nous serons encore plus mobilisés à vos côtés.

Jean-Lou BLACHIER,
Président de la CPME Seine Saint Denis
Secrétaire Confédéral de la CPME Nationale.